Combattre le harcèlement

Combattre le harcèlement

Par Babysits, 5 minutes pour lire

Le harcèlement est une question sensible, en particulier lorsque des enfants et des adolescents sont impliqués. Voici quelques signes pour vous aider à comprendre si des enfants sont victimes de harcèlement, et des conseils pour trouver des moyens de surmonter ce moment difficile.

En général, le harcèlement est définit par la situation où une fait subir à une autre, de manière répétée, des propos ou des comportements agressifs. Cela peut se passer à l’école, mais aussi à l’extérieur, sur des temps de loisirs par exemple. Ainsi, il n’est pas facile pour un parent de reconnaître une situation de harcèlement, d’autant plus lorsque l’enfant pense régler ce problème tout seul et n’en parle pas autour de lui.

Alors, en premier lieu, il est important de comprendre le type de harcèlement que peuvent subir les enfants. Ce dernier peut être verbal, physique, ou encore sexuel. Dans le premier cas, il s’agit de violences psychologiques qui peuvent parfois avoir de graves répercussions ; moqueries, menaces, mots blessants, etc. Le deuxième cas concerne des violences physiques, dont les conséquences sont souvent visibles, par exemple des bleus au corps dûs aux coups. Dans ces différentes situations, il y toujours une notion de répétition. Le harcèlement dure dans le temps et peut affecter gravement les conditions physiques et psychologiques des enfants et adolescents.

Quelles sont les personnes les plus ciblées ?

Les enfants et les jeunes victimes de harcèlement sont généralement très sensibles, timides et ont souvent une faible estime de soi. Dans d'autres circonstances, il peut arriver que les victimes subissent une discrimination à l'égard de leurs origines, par exemple en raison d’une couleur de peau différente.

Comment identifier des enfants victimes de harcèlement ?

Outre les signaux externes : bleus ou contusions, objets personnels cassés ou manquants, il existe également des signaux physiologiques tels que le manque d'énergie, des problèmes liés au sommeil, une modification des habitudes alimentaires et des signaux comportementaux : le contrôle obsessionnel d'un téléphone portable, d'un ordinateur, la tendance à être introverti, ou encore agressif. À l’école, cela peut s’identifier par une baisse soudaine des performances, par un refus d’aller à l’école, ou de fréquenter d’autres enfants. Il faut donc faire attention à tous ces signes sans pour autant les dramatiser.

Les réactions les plus courantes d’une personne victime de harcèlement peuvent être résumées comme suit:

  • Attitude agressive injustifiée : ceux qui subissent des injustices expriment souvent leur colère contre les autres (souvent les amis et la famille), et se comportent de la même manière que l'intimidateur.

  • Présence de troubles physiques : par sa peur de se retrouver à nouveau dans un situation de harcèlement, l’enfant peut développer des maux de ventre, des crises d’angoisse, des pleurs à répétition ou encore des nausées.

  • Isolation progressive : beaucoup d’enfants ne veulent plus sortir ou bien faire des activités en groupe, précisément parce qu'ils ne veulent pas se retrouver seuls face aux intimidateurs. Cela se traduit donc par un enfermement progressif sur soi-même.

  • Changement soudain de comportement : dans certains cas, les résultats scolaires chutent, l’enfant ne veut plus se rendre à l’école (si le harcèlement a lieu à cet endroit), et souvent, des changements d'humeur sont observés. Également, il est possible que certains de ces enfants soient très sensibles et passent beaucoup de temps à pleurer en essayant de comprendre ce qui ne va pas avec eux.

Quelles précautions faut-il prendre pour faire face à une situation de harcèlement?

La première réaction d'un parent pourrait être à la fois de la colère et de la tristesse: aucun parent ne voudrait voir son enfant souffrir. Mais il est important de bien comprendre le problème et d’agir consciemment :

  • Parlez-en avec l'enfant. Le dialogue est essentiel dans les relations parents-enfants, en particulier dans ces circonstances. L’enfant victime de harcèlement aura du mal à parler de cette situation, et il se peut qu’il cache la situation aux adultes par peur de décevoir. Apprenez donc à ouvrir le dialogue avec eux, essayez de comprendre quelles sont leurs peurs, et rassurez-les. L’enfant doit savoir qu’il peut compter sur ses parents et qu’ils feront le nécessaire pour l’aider.

  • Ne les incitez pas à la violence car cela compliquera les choses. Résoudre des situations de harcèlement avec de la violence n’est jamais la bonne solution. Si cela se passe à l’école, parlez-en d’abord aux professeurs, et éventuellement, en fonction de la situation, aux parents des autres enfants concernés.

  • Apprenez aux enfants à ignorer les intimidateurs. Une personne intimidante s’attaque généralement aux personnes un peu plus faibles de caractère, alors dans ce cas, l'indifférence est la meilleure réponse que l’on puisse avoir face au harcèlement.

Dans certains cas, il peut arriver que des enfants se ferment complètement au dialogue. Souvent, ils ont même honte de partager ce mauvais moment avec quelqu'un, surtout avec leurs parents. Par conséquent, ne sous-estimez pas leurs comportements : allez parler aux professeurs ou à un ami de confiance pour comprendre le problème. Si vous vivez cette situation, ou bien que vous souhaitez aider une personne victime de harcèlement, vous pouvez directement contacter des professionnels qui sauront vous donner les bons conseils.


Malheureusement, il n'y a pas de formule magique pour faire disparaître le harcèlement. Cependant, si des mesures sont prises à temps et de manière adéquate, ces situations pourront cesser et l’enfant pourra retrouver sa confiance en soi. Ne sous-estimez pas ces situations délicates car cela n’arrive pas qu’aux autres.